C’est la fin !!! The end of the trip!

Alors voilà, Astrorito a été trop fort, du coup on en a profité jusqu’au bout!

Arrivés à Quérétaro on ne s’est pas privé d’une halte à la Pena de Bernal, le 3ème plus grand monolithe au monde à 60 km au nord-est de Quérétaro… Un peu de bloc dans une ambiance « Western », avec du joli caillou mais sans crash-pad donc vite limités quand même (ils engageait vraiment les anciens!!!);

DSC08427 DSC08411

et une première grande voie « La Bernalina », pour atteindre le sommet et repérer une éventuelle ligne: et oui après toutes ces belles water, ça nous manquait quand même la highline!!!!

DSC08450

Mais malheureusement, pas de ligne  évidente / majeure et un brouhaha incessant en bas! Du coup on reviendra grimper une dernière voie « El filo Noroccidental », une jolie course d’arête équipée à l’ancienne…

DSC08483 DSC08463  DSC08501 DSC08522

Comme on décide d’écourter à Bernal on revient sur un vieux projet qu’on avait en tête au début du voyage, sur la côte Pacifique, « Las Islas Marietas ». Et c’est reparti, on tente! 350km pour rallier Guadalajara où on laisser tout le matériel inutile et où on s’octroie un jour de repos; et on reprend la route pour 350 km « de nuevo », direction Puerto Vallarta. Jolie route entre montagne et jungle, et 7 heures dans Astrorito avant d’apercevoir l’océan Pacifique. Des paysages magnifiques (dès que l’on s’éloigne de la ville), mais pas évident d’installer des waterlines;

DSC08546

On pose notre campement sur la plage à Punta Mita, d’où l’on aperçoit les deux fameuses îles. Le lendemain c’est parti! 15min de bateau et nous y voilà!

DSC08588DSC08571

On fera le tour des îles avec pleins de projets en tête, un peu de snorkelling, mais impossible de faire quoique ce soit en slack: le site est classé Parc National et protège des milliers d’oiseaux. Depuis quelques années en effet, et suite à différents incidents, il est interdit de monter sur les îles et de s’amarrer aux rochers…

C’est ainsi que ce terminera notre périple, après un dernier voyage douloureux pour Astro (qui a bien failli finir en dépanneuse!), quelques jours à Guada pour revendre ce qui reste de notre camionette et un peu de matériel de slack convoité par des locaux sur-motivés.

DSC08594

Au final, nous aurons organisé 5 initiations, crevé deux pneus, pris trois gros échecs d’installation de lignes (El sotano de la Golondrinas, les waterlines à la Huasteca Potosina et las Islas Marietas), offert 7 slacklines à des points stratégiques pour que l’activité se développe à différents endroits du Mexique, subi deux épisodes de vol (lunettes de Pj et plaquettes à El Diente), été contrôlé une vingtaine de fois par la police Mexicaine, fait plus de 7000 km, eu des milliers de piqûres de moustiques sur tout le corps, mangé plusieurs centaines de tacos, vu une dizaine de serpents mortels, sorti des centaines d’épines de cactus de notre peau, eu deux blessures importantes dans l’équipe, arraché une lunule et deux spits, ouvert 6 highlines, 3 midlines, 1 swingline, 1 ligne gouffre, 11 waterlines, un pendule et fait des centaines de rencontres inoubliables… Et nous résumerons cette aventure à travers une citation d’Axel, un jeune slackeur de Guada: « En slack ici, il y a avant vous et après vous, il n’y a plus que la jump, tout le monde est sur-motivé! »…

Un énorme MERCI à Expé.fr et les Bourses Expé, The North Face, Julbo, Beal, Petzl, Slack.fr, Jaillet-Rouby, Redzone, Slack’icîmes, Také Escalado, Tip-Top, Abalone, Lez arts verts, La Posada, Lafiante, Alpine Sofa et Mule Bar pour nous avoir soutenu dans cette aventure !!!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Que Viva Mexico !!!!!!!!

 

 

 

 

L’appel des Caraïbes

Mexiiiiiiiiiiiicoooooo… Beau et gigantesque pays bordé par environ 3000 km de côtes. Des plages paradisiaques, sable blanc et fin, eau turquoise et magnifiques récifs… Mais le Mexique c’est aussi des mystères, des cenotes, des mythes et des pyramides perdus en plein milieu de la jungle. Bref de quoi en faire rêver plus d’un !

chichen itza

Alors on descend encore un peu plus ! Mais jusqu’où nous emmènera notre Astrorito national qui a déjà plus de 400 000 km au compteur ?! On part de Mérida avec toute l’équipe des Yucatecos qui passeront 3 derniers jours en notre compagnie. L’idée initiale était de continuer notre tour des plus beaux Cenotes du Yucatan. Mais, on passe vite à un plan B. Pourquoi ? Et bien plus on descend, plus on se rend compte que les plus beaux on les a déjà visités, et on arrive dans des endroits toujours plus touristiques les uns que les autres. Des installations de tyroliennes, aux faux stalactites full béton, ou encore des cascades On/Off aux lumières perpétuelles… Bref, dans ces lieux sacrés, c’est la désillusion, nous ne sentons plus vraiment à notre place. Espérons que ceux visités avant ne finiront pas comme ça… !!!!

pano ikil comp

Alors on prend la décision de continuer, et on avance encore un peu jusqu’à l’explosion d’un pneu qui ne résistera pas à la surcharge (8 personnes dans Astro + bagages) et la chaleur des routes de l’état de Quintanaro. Nous sommes à 30 km de Tulum, tombée de la nuit, pas de cric, pas de roue de secours mais toujours des Mexicains muy buena onda pour nous filer un coup de main !  Tout est bien qui finit bien, on cherche un lieu où poser le campement et on trouve une communauté  … où Gabriel nous accueillera… Le lendemain nous comprenons que nous sommes entourés de cenotes, et cette communauté appartient au père de Gabriel.

Team

Recyclage, compost, toilettes sèches, vivre en adéquation avec la nature… C’est la première fois qu’on rencontre des gens au Mexique avec cette vision de la vie, quel bol d’air ! Ils nous laissent installer notre campement pour 4 jours, en échange d’une initiation avec les enfants de l’école de la communauté et d’une slack que nous leur laisseront.

Escuella

Le cenoté le plus proche sera finalement le plus joli du site, les autres n’ayant rien à voir avec ce que nous avons pu voir avant, et nous abandonnons l’idée de slacker encore dans les cenotés… :(

Notre dernière journée en compagnie des Yucatecos se passera à Akumal, avec slack cocotiers sur la plage, et snorkelling au milieu des tortues dans le décor hallucinant des récifs coralliens!!! Un bel au revoir à cette fine équipe qui repartira avec la moitié de nos 150m de Maverick Slack.fr ! :)

mono Snorkslack

On part à la recherche d’une plage déserte pour profiter d’une dernière journée dans les Caraîbes sans touriste ! Après une heure pour faire quelques 10 km sur une piste plus que pourrie, on dépose El Capitan Tabasco pris en stop pour rejoindre la pointe de la péninsule, à Punta Allen. Et on trouve notre bonheur : hamacs en place, un joli shooter de 70m sur la plage, et rien à perte de vue…

Plancha faleg

 

Playa 75m

 

Le lendemain, on prend la route pour Bacalar, village paisible et cosmopolite connu pour sa lagune aux sept couleurs… Otra vez, c’est un coin de paradis. Cette jolie lagune porte bien son nom… L’équipe ne tardera pas à tendre une rodéo line(ne souhaitant pas trop forcer sur les pilonnes des palapas) et à patauger pendant des heures dans cette eau splendide à 30 degrés. Nous y passerons deux jours.

I believe

Nous sommes à l’autre bout du pays et la fin de l’expédition approche. Objectif : 1500 km en 3 jours pour arriver à Queretaro. En revanche Astrorito commence à nous inquiéter. Il n’avance plus qu’à 50 km/h et peine réellement dans les montées. Mais on décide de partir quand même, lentement mais sûrement… La première journée nous ferons 150 km en 5 heures obliger de s’arrêter pour laisser refroidir l’embrayage. On se décide enfin à demander conseil à un mécanicien qui trouvera rapidement que nous roulons sans huile de transmission depuis un bon moment ! Problème réglé, c’est reparti pour un tour ! Un Astrorito bien en forme pendant 200 km jusqu’à entendre un énorme clac clac qui s’empire au fur et à mesure des km qui passent, pleine nuit sur l’autouroute à 20 km/h avec des énormes camions qui roulent à côté pleine vitesse…Il nous aura fait passer un sale quart d’heure, jusqu’à caler dans une montée, ce qui nous obligera à appeler une dépanneuse… En bref, Astro, l’ascenseur émotionnel…  On a pensé à le vendre et partir en bus, à le mettre à la casse, l’abandonner ! Mais non !! Nous sommes dans un village paumé et des supers mécaniciens nous assurent pouvoir lui rendre vie ! Opération à cœur ouvert de la transmission, une rondelle est explosée dans les engrenages. Un type nous refait la pièce, on remonte…. Clac clac again, la loose après une journée de boulot.. Du coup on va manger des tacos, et là 20 minutes plus tard, Pouet pouet !!! Astro nous passe devant pleine trombe en forme ! Une petite ablation  du 4×4 sur l’essieu avant aura ressuscité la bête ! On the road again, il nous amènera jusqu’à la destination désirée. Objectif atteint : 1500 km en 4 jours. Pas pire !

Astropanne

Un détour à l’est du Mexique bien mérité…

A bientôt Papas Mono Roberto Marisu Fer Red Roni Gabo, les cénotés, les caraïbes, LeS MoUstiQues et j’en passe…. On a passé de sacrés moments avec vous !

Yucatan Paradise saison II le retour

Bon, il semblerait qu’on soit la cible des policiers fédéraux du Yucatan !! Pas une fois on aura passé un barrage tranquillou ! On y a le droit à chaque fois ! Même quand on rentre de la grotte, en caleçon ou slip (pour certains..), on se retrouve alignés au bord de l’autoroute… La blague !

Au programme slack, trois nouveaux Cénotés nous attendent ! Ils se trouvent au sud de Mérida, à une bonne heure et demi de route. Le premier qu’on découvre, Nayha, est sublime. C’est une grande grotte d’environ 35 m de diamètre. Après un tour à la nage, l’installation sera moins évidente que les premières fois ! Il faudra grimper quelques mètres pour installer 4 friends d’un côté. Chose faite, 30m de rasta s’offrent à nous, dans un cadre toujours aussi idylique ! Les rayons du soleil dans l’eau forment des colonnes de lumière alienesques ! Des habitants du village voisin nous rejoindrons, curieux de voir ce nouveau jouet ; ce seront les premiers descendants de Maya à slacker leurs Cénotés ! Ils réussiront même à se lever les machines!! On finira par une visite des deux autres spots, hallucinés de voir ce qu’il nous attend !!  On convient de revenir deux jours sur site ;)

428 Magic column427 Maya stairs

 

Contrôle de nuevo !

Bonne journée en perspective ! Le Cénoté est grand, superbe et sauvage ! On installe une mid de 25m et une rasta water de 40 bien molle. Bonne galère d’instal’, obligé de faire de l’artif des deux côtés pour avoir des ancrages corrects ! Mais bon, ça fera bien (stalactite + 1 friend d’un coté, bonne lunule de l’autre) et la ligne est démente ! Tout le monde se donne à fond, Faleg oublie son baudard sur la mid ;) Les filles s’arrachent sur la water, que du bonheur. Papas et Roberto passent la mid, Mono et Marychu s’acharnent…. J Jusqu’à ce que la pluie nous rattrape en fin d’aprem. Instant mythique sur la water, la pluie ne tombe que sur la moitié de la ligne au centre du Cénoté. On finit de plier le matos et on monte le camp au Cénoté voisin. La plupart de l’équipe dort sous une paillote, alors que Chlo et Rom s’offrent une nuit dans le Cénoté…

441 Duo

Réveil avec le soleil, on commence les instals. Ce Cénoté est probablement le plus grand qu’on ait vu depuis le début ! C’est une grande grotte (60 par 40m) avec une ouverture d’environ 15m de diamètre. Une mid est rapidement installée. La water demande plus de temps ! Les ancrages ne sont vraiment pas évidents… D’un côté ce seront trois friends couplés à un nœud coincé dans une fissure, de l’autre un becquet et une lunule. Vu le montage, on mettra le minimum de tension possible… Verdict 3m de flèche pour 55/60 m de long ! La ligne est dingue, passe entre les lianes, termine dans des chiches d’une finesse… Beaucoup d’émotions à combattre au-dessus de ces poissons chats, entre les lianes, sous ces stalactites ! Tout le monde se fera vraiment plaisir, malgré de beaux plats (la ligne part à quasi 4m d’un côté..) et j’aurai vraiment du mal à ne plus slacker dans cet endroit fou. A ne pas manquer. Les images parleront plus que des mots !

455 Faleg 463 retour

Dam’aya

Et ça continue ! Au programme : visite des grottes de Calcehtok, un ancien site où sont venus se réfugier les Mayas lors de la « Conquista Espagnola ». On s’équipe comme il se doit : des vieux vêtements trouvés dans une friperie pour aller ramper 5h dans la boue des souterrains. Baptême de spéléo pour la majorité du groupe ! La première grotte est déjà hallucinante : une ouverture d’une vingtaine de mètres illumine l’endroit, des stalactites et lianes tombent du plafond, le lieu est magique… Don Rogelio Cuy, une soixantaine d’années, le sourire aux lèvres et la tranquillité incarnée sera notre guide. La connaissance du site, l’histoire, les mythes et légendes se transmettent dans sa famille depuis des générations, qui ne cesse d’explorer.

387 ter Stalactites

Un premier toboggan, passage étroit et nous voilà dans le noir. On rampe, glisse, grimpe, se faufile dans cet univers mystique jusqu’à -180m. On découvre une succession de lieux sacrés, des salles de sacrifices aux lieux de bénédiction, ornés de formations géologiques magnifiques. Des restes de squelettes et de multiples morceaux de céramique, témoignent de ce riche passé que nous conte Rogelio. Après avoir bien batifolé dans la m…. de chauve-souris, il nous fera terminer la visite par une sortie surprise avec immersion obligée dans une flaque de boue ! Belle équipe à côté de notre guide agile comme un félin et malin comme un singe qui s’en sortira propre, et quel voyage au centre de la terre !

389 Faleg gadoue391 le mec est propre

Le chef nous donne l’autorisation, c’est décidé : on revient pour tenter de poser une ligne dans la première grotte en full naturel!

Des gros blocs nous serviront d’ancrages et nous tendons une ligne hors du commun : 65m de long, avec le premier et dernier tiers dans la pénombre, le milieu juste sous un puits circulaire (d’environ 20m de diamètre), avec 3m à passer entre des lianes qui tombent juste sur la ligne, deux passages à 1m de stalactites et suivant les heures, la visite de multiples abeilles ou chauves-souris… Le tout dans une agréable odeur d’excréments de chauve-souris ! Quelle ambiance de ouf !

420 Laurette middle

On passera la première journée avec Roberto et Marichu qui fera son baptême de highline. Rom flashera la ligne et Laurette, Chlo et Faleg mettront de magnifiques essais… Du pur plaisir malgré une chaleur étouffante ; normal pas un pet de vent… Jamais nous n’aurons autant sué sur une ligne !

417 ss les chiches en feu

Le lendemain, Pappas nous rejoint avec d’autres amis slackeurs. Au passage, une équipe de tournage se joint à nous quelques jours pour réaliser un documentaire sur la slackline au Yucatan.

405 Magik full

Depuis le début du voyage, on attendait de trouver l’endroit qui nous faisait vibrer et qui sortait de l’ordinaire pour la dédier à Damien Mercier, et slacker en sa mémoire. Cette ligne était idéale : on la nommera « Dam’aya », pour rendre un hommage tant à Damien, qui nous a transmis sa passion pour la slack, qu’au peuple maya, derniers habitants de ces grottes.

Une ambiance magique : le passage des lianes totalement inédit pour nous en Highline, tout comme la proximité du plafond et de ses chiches vieux de plusieurs milliers d’années ! Des visuels totalement différents en fonction de l’heure et du côté. C’est parfois la pénombre totale, ou inversement des traits lumineux surnaturels ! De même, slacker au beau milieu du bourdonnement d’une centaine d’abeilles ou d’un millier de chauves-souris ou d’hirondelles est une expérience unique et vraiment forte.

410 Lianes

Au gré de batailles sans précédent, Chlo passera la ligne (nouveau record féminin Français au passage ;), Laurette chutera à 15m du bout (à cause d’un pinché drône !!) et Faleg la décomposera. Damien tu nous as fait nous battre comme jamais !!

Encore merci à Don Rogelio Cuy pour nous avoir permis d’ouvrir cette ligne magique, pour nous avoir fait voyager avec ces récits et sa spiritualité. Une Expérience très forte pour toute l’équipe, une ligne qui fait voyager loin, très loin …

Yucatan Paradise Episode 1

Bon le Yucatan, ça commence par les contrôles de police… On y a le droit quasi tous les jours !! Fouille complète du véhicule, reniflage par un gentil toutou de toute l’équipe, c’est la mascarade à chaque fois !

Ensuite ça continue à Mérida,  très chouette ville où on a établi notre QG. Mono (qu’on a rencontré avec Papas à Monterrey) nous accueille dans son humble appart, plein centre-ville.

Et puis il y a ces fameux Cenotés !! En gros, le sol du Yucatan est un gruyère géant. Toutes les galeries sont reliées aux nappes phréatiques et sont donc gorgées d’eau d’une rare pureté. Après il y a une histoire de météorite géante, de fin des dinosaures et de puits qui se sont formés… Uniques au monde !!!

Dans la benne

Du coup en voiture simone (again), direction KanKirixché et notre premier cénoté ! Bon au bout de 20 minutes de pistes, Astro 4×4 ne passe plus. Faleg pilote seul, le reste de l’équipe suit à pied. Papas nous confirme que c’est à 5 minutes ! 45 minutes plus tard, toujours pas de Cénoté, mais un pneu à plat … Au milieu de la jungle Yucataine, sans cric, sans croix, avec une roue de secours à plat ! Ultime.

On se scinde en deux, Faleg et Papas partent en pleine cambrouse avec leur roue crevée, nous on repart en sens inverse chargés comme des mulets. 50 minutes et nous y voilà ! Un cratère anodin dans le sol, un escalier en bois exotique, un rayon de soleil qui rend cette eau bleue azur, des lianes, des stalactites, des formations sous-marines, des poissons…. Ce lieu est féérique !!! Deux grosses colonnes, on tend 25 m de rasta. Magique water, au beau milieu de cette semi-grotte. On a carrément l’impression de faire de la highline !!

PotosChlo poulpe

Le lendemain on remet ça, avec une rodéo en parallèle et l’après-midi on décolle pour un autre cénoté voisin. Il ressemble à un gros tube vertical ouvert sur le haut d’une dizaine de mètres. Petite Mid de 15m en haut, rodéo et shooter en bas… DisneyLand again !!  Toutes les instals ont été posées en naturel, et c’est uniquement de cette façon que seront pensées les prochaines.

OLYMPUS DIGITAL CAMERATrio

Le ton est donné pour cette session Yucatan, on va se gaver !! Prochain objectif, une Highline dans la plus grande grotte de la région, ancien temple Maya….  OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En voiture Simone

Départ de Minéral pour le Yucatàn !! On prévoit au moins 3/4 jours de trajet pour couvrir les 1000 bornes de routes Mexicaines qui nous attendent ! On a « troqué » Pj la machine pour deux Bimbos : Auré et Lauren. Pour une fois, ça roule pas si mal ! Mais c’était sans compter sur les producteurs de canne à sucre. Indécemment sous payer, ils organisent un blocage total des accès à Veracruz !  Pas moyen de faire un détour d’environ 300 km, une voiture nous acoste et nous dit de la suivre. Course poursuite d’environ une heure entre les topés, les vélos…. On perd sa trace et on se retrouve sur une petite route de campagne au milieu des cannes à sucre! 2 Heures pour couvrir 30 kilomètres, le soleil se couche, c’est la loose !! 1 Heure plus tard, complètement paumés dans la cambrousse, un type bien sympa nous conseille de partager son humble demeure. On acquiesce et on installe les tentes dans son jardin. Nuit au top, petite initiation au matin avec les voisins. On lui laisse une sangle, il nous offre des cannes et notre première machété !!!!

Canne

Quelques heures de route supplémentaires nous amènent sur la côte magique de Roca Partida. Paysage délirant, plages de sable désertes ! On monte le camp à Playa Hermosa. La pluie nous a suivi, et c’est un véritable ouragan qui nous chassera des tentes en pleine nuit !!! Record battu, six couchages dans Astrorito.

Sunset

Le lendemain il fait beau !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Chencho, 70 ans (mais on lui en donne plutôt 50) propriétaire de la plage, nous montre un peu les criques alentours. On valide rapidement une petite plage protégée par des micros falaises, idéale pour slacker ! On tend une grande ligne traversante (80 au lieu des 60 imaginées…) au milieu des crabes et des iguanes. Très très gros rappel à l’ordre, deux coups de fusil retentissent au dernier coup de tension. Un peu abasourdi, Faleg saigne du petit doigt, la ligne n’est plus là ! Les deux expansions qu’on vient d’installer se sont arrachées, propulsant le mouflage à XXX Km/h quelques dizaines de cm au-dessus de nos têtes. Manque de lucidité de notre part : pas assez de points pour la longueur, on a percé à l’arrachement dans du rocher volcanique plus que moyen et surtout on a tendu placés juste devant le mouflage !!!!! A méditer… On finira par installer un Maxi Shooter rodéo sur la plage (45m de long pour 8 de haut).

 

Pano playa

Manana, direction playa Escondida. Petite plage magique isolée. Enfin on arrive à poser une belle water de 60m !! On agrémentera la plage d’un shooter et d’une petite slack. Journée au top, la malédiction est levée !!! Chencho s’essayera un peu à la slack, devenant le plus âgé de nos initiés ;)

DSC_0066Chlo shoot cacté

On reprend la route en fin de journée pour aller voir un dernier spot qu’on nous a conseillé sur cette péninsule. Petit village typique juste avant Catemaco, au bord d’une lagune qui va se jeter plus loin dans l’océan… Après s’être fait chaleureusement inviter à dormir sur la terrasse d’un restaurant par une famille, on emprunte deux barques à des pêcheurs locaux pour partir à la recherche d’un spot de water… C’est parti ! Pas facile de ramer dans une mangrove plutôt serrée au début, les équipe s’organisent : Faleg dirige Auré et Laurène, alors que Laure et Chloë se font mener par Rom, permis bateau oblige !

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPano boat comp

On rame pendant presque trois heures avant d’arriver au beau milieu du spot dont nous rêvions : une petite communauté vit reculée au bord de cette lagune, des enfants sautent déjà partout, au milieu des lianes et racines impressionnantes… Installation facile d’une petite slack de 20m et deux belles rodéos qui nous occuperont le reste de la journée ; Un bel échange avec les locaux et encore de belles révélations avec des enfants plus que doués !!! Mission accomplie !

pano rodeo compchicitoTrio

Il nous reste deux jours de route avant d’arriver à Merida qui passeront plutôt bien. Excepté la nuit sur la plage, où nous ne dormirons pas sur nos deux oreilles entre des visites un peu étranges, un orage qui nous aura fait tout ranger en vitesse puis qui passera finalement à côté, et un ravage par des minuscules mouches pires que des moustiques (pouvant passer les mailles des filets de tentes et moustiquaire)… Plus de cent piqûres par personnes à la clé ! Mérida, capitale du Yucatàn nous voilà enfin!

Passage à Mineral del Chico !

300 km sur le papier pour rejoindre Mineral… Départ matinal again, mini-routes de montagne « de nuevo », glissements de terrain, chutes d’arbres et j’en passe… Le torrent qui coule en fond de vallée ressemble plutôt à un fleuve de boue ! Contraste de couleurs, clarté de l’atmosphère humide, c’est superbe et terrifiant @ la fois. Il fait nuit, on est toujours pas arrivés, le GSM de Faleg bip… Plus de batterie … 30 lacets plus tard, on y est !

Laurette pano compr

 

Santiago, la trentaine, ingénieur environnemental, roule en Rrrenault. Née le  XXX à XXX, il a toujours été passionné par la grimpe. Il aime le maté, brosser des blocs et faire des tractions. C’est un musicien accompli, un vrai chef d’orchestre !!!! Bourracho d’empathie il aime accueillir et nous l’a montré !

Le Parc de Mineral est magique ! Niché entre 2500 et 3000 mètres d’altitude c’est une superbe forêt parsemée de bites conglomérâtes plus ou moins grosses… Chouette terrain de jeux !! En route pour le spot qu’on a repéré la veille, au plus haut sommet de cette formation. Une bonne heure de marche, un peu de bartasse, l’instal’ se fera dans un brouillard ultra dense !! On ne voit presque pas nos pieds ;) Petite piqure de rappel, la pluie s’abat soudainement sur nous ! Détrempés, congelés, on détale à la voiture.

 

Mañana, pluie incessante. Du coup mini session bloc sur un projet de Santiago. Le caillou vaut vraiment la peine !

magic woodtite pluie

 

Sur-mañana, soleil ! L’équipe monte à la ligne sauf Pj terrassé par un mal de gorge. La ligne est magnifique : un gros 50 mètres qui finit au sommet du bout du bout de la montagne !! Vision panoramique à 345,67° sur un paysage enchanteur hyper varié. On passera tous sur la ligne, avec de beaux runs à la clé. Laurette transcendée nous gratifiera de combats mémorables avec départ milieu de ligne et tout et tout. Le brouillard offrira un nouveau visuel à Pj et Santiago, montés en fin de journée pour tester la ligne !

chlo walk

 

Mañana de sur-mañana, soleil again ! La marche d’approche aura raison de PJota, Laurette, Santi et Falegitos qui s’offriront une petite session longue sur le terrain de foot du village. Chlo et Rom multiplieront les essais en hauteur, avant de se faire stopper net par un énorme orage… Descente épique sous les éclairs, spectacle son et lumière terrifiant (d’une rare synchronisation… ;). Le tout en slip pour garder les affaires sèches ! Et oui, il flotte tellement qu’on peine à avoir un pantalon, un tee shirt, des chaussures sèches !!

 

Le week-end arrive, et quelques potes de Santiago font le trajet depuis la capitale. On se retrouve tout de même à 18 dans son petit 45mᶟ, qui se transformera rapidement en salle de pan ! La pluie et l’orage quasi incessants, ne nous auront permis qu’une petite session longue. Le dimanche, la bruine et le brouillard nous décideront à démonter. La foudre aura frappé des morceaux d’instal’, noircissant quelques sangles ! La décision est prise, on bouge !!! Direction le Sud de Vera Cruz, les palmiers, le sable, le soleil !!!

Todos casa

 

Et triste triste nouvelle … On perd un membre de l’équipe ! Notre Jean Brad national fait route à Mexico, son départ pour la France étant imminent… On t’embrasse tous maxi fort poulet !!!!! 

 

Session Buts !!!

Après de belles semaines passées à Potrero, nous voilà partis et tous sur-motivés    pour aller faire de la waterline !! Direction la Huasteca Potosina avec une escale à Real de quatorce ! Après la visite de ce joli village magique, on s’offrira une nuit à la belle étoile dans le désert…

259 Magic desert

Sur la route, le paysage change assez radicalement, de montagne au désert, passant également par pas mal de terres cultivées, nous arrivons enfin dans cette région où les cours d’eau et cascades sont multiples, et la végétation bien dense. A peine arrivés, nous sommes un peu inquiets en terme de possibilités d’instal’ et mise à l’eau… En effet, il y a plusieurs cyclones sur le territoire et la météo annonce « pluie, pluie et pluie de nouveau » !

262 Punte de dios

Bien décidés à faire de la « water » nous partons en reconnaissance sur différents sites qui nous tiennent à cœur… Malheureusement, l’eau est d’une rare violence de par son débit et tout ce qu’elle charrie… Tous les endroits envisagés sont impraticables et très dangereux en ce moment « il va donc falloir que l’on revoie le programme les copains ! ».

266 Pj surf

Nous avions remarqué au matin avec Faleg et Rom une belle ligne non loin du village et décidons coûte que coûte de poser au moins une ligne ! Le courant y est un peu moins fort que partout et une belle largeur nous y attend. Nous arrivons sur place et commençons l’installation sans attendre pendant que Chlo et Laurette s’affairent à une bonne plâtrée de pasta « merci les filles » ;) . Rom déroule la «  rasta » d’un arbre pendant que Pj la fait passer à la nage de l’autre côté de la berge, pas évident du tout avec le courant !!! Bref ça s’est fait, il ne nous reste plus qu’à mettre un peu de tension !

« Youpiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!» enfin une ptite water-line de secours, sur laquelle toute l’équipe ira faire un tour avec le sourire dans une ambiance jungle style !

Le soir même, une décision est prise : « On se taille » ! Direction le célèbre Sotano de las golondrinas (le gouffre). Le moral un peu miné par cet échec mais il fallait être réaliste, avec cette météo, nous n’aurions rien pu faire avant une quinzaine de jours (minimum) dans cette région…

La soirée se passera donc en voiture pendant quelques heures sur des routes en piteux états, encombrées par de multiples glissements de terrain et branches d’arbre… Nous arrivons à Aquismon, petit village non loin « d’El Sotano de las Golondrinas » avec une panne de batterie en prime ! Le lendemain, après un peu de mécanique en compagnie d’Iban, gérant de la Taqueria voisine, on prend la route vers celui que nous attendions avec impatience « Le gouffre des hirondelles ».

272 Las golondrinas

A notre arrivée surprise ! C’est une communauté qui gère l’accès au site et entretien les lieux.

Tarif : 30 pesos par tête de pipe pour rentrer. On expose le projet de tendre une highline au-dessus du gouffre. Nous partons le visiter et en revenant, les gens de la communauté nous donneront le verdict…  Réaction à la vue de ce gouffre, «WOuaaahh !! C’est magnifique ». La visibilité s’arrête à 60m de profondeur environ alors que celui-ci en fait plus de 350m sur le premier palier « bon style ».  ;)

Une équipe de cordistes rencontrés au bord du gouffre nous apprennent qu’à cause du surplus d’activités sur ce lieu, la communauté restreint les possibilités aux activités nouvelles, et surtout si les gens n’alignent pas de grosses sommes d’argent… !!! L’équipe commence à s’inquiéter, même si on y croit encore !

 

… … … Fin d’aprèm’, le conseil commence et la communauté est fortement représentée :

Faleg expose le projet et nos attentes, en accentuant fortement sur l’échange international et les différentes actions que nous avons menées depuis notre arrivée au Mexique.  Ils nous expliquent que le base-jump a déjà beaucoup nuit aux oiseaux habitants du gouffre, qu’il y a déjà eu des tyroliennes installées provoquant des accidents avec les oiseaux, qu’ils ont déjà autorisé pas mal d’activités jusqu’à aujourd’hui mais que le rappel reste la dernière qu’ils autoriseront… Que d’aller négocier l’appui du gouvernement est inutile puisque c’est eux qui auront le dernier mot… On nous a laissé entendre la somme de 40000 pesos… !!! La blague… Une communauté qui veut protéger la faune et la flore de cette merveille de la nature, mais qui tombe tous ses principes si l’argent est à l’appui ! C’est vraiment triste… Toutes les lignes que nous ouvrons ici, nous souhaitons qu’elles puissent être refaites à l’avenir, outre le fait que nous n’avions pas les moyens de sortir cette somme, c’est complètement hors de nos principes et de nos idées quant à la pratique de la highline…

Nouvel échec… Nouveau coup au moral, la pluie ne s’arrêtant toujours pas depuis maintenant quatre jours rendant la vie de tous les jours plus difficile !

275 La luvia

On décide de changer d’air et d’étudier s’il n’y aurait pas d’autres gouffres dans la région en solution de secours… Direction Xilitla, où Bepé, un grimpeur du coin qui tient un camping, pourrait peut-être nous aiguiller. Nous envisageons un premier gouffre, qui sera rapidement abandonné, un énorme nid de guêpes présent sur le site rendant sont accès très compliqué et dangereux… Nous recevons des nouvelles d’Iban (cuisinier mécanicien d’Aquismon toujours motivé à nous aider !), qui s’est rendu sur un gouffre très peu connu et compliqué d’accès, avec une nouvelle réponse négative de la part de la communauté sur place, si la question de l’argent est écartée, une fois de plus…

Bref, nous sommes en pleine jungle. Des arbres immenses, lianes, orchidées diverses et variées insectes en tout genre et reptiles sont omniprésents. Plus une fringue sèche, un camion détrempé où l’odeur de moisi commence à empester, et bien sûr, absolument rien pour sécher tout ça… Nous avions connus des moments plus cléments ;( . La pluie commence sérieusement à nous taper sur le système !

Un petit point météo et pas un jour sans pluie annoncé à deux semaines « c’est la loose ». On ne veut pas perdre de temps et remettons donc la suite du programme en question. Les cyclones on fait des dégâts considérables qui nous emmènent aujourd’hui à un triste bilan de 80 morts dans la semaine et des disparitions multiples. Les gens disent que ça fait plus de 100 ans que ce n’est pas arrivé ici au Mexique !

281 innondations

La décision est prise, on avance. Santiago, un grimpeur nous a contacté il y a quelque temps en nous proposant de lui rendre visite à Mineral del Chico, un village qui est sur la route pour le sud en espérant y trouver un peu de soleil !

Après une nuit épique à 5 dans la voiture avec tout le matos trempé, « on the road again ! »

Un grand Merci à la Posada!

245 la posada

Es muy importante para nosotros redactar un articulo un poco especial. Queremos agradecer al Camping y Lodging la Posada por su acogida calorosa durante 3 semanas. Gracias a todo el equipo por su buena onda,su sonrisa y su generosidad.

254 la team255 Luly

Todo esto nos permitio pasar un momento increible en Potrero Chico y disfrutar al fondo del deporte que tanto queremos en condiciones extraordinarias!

253 Viejo 252 tonton                                       249 posada bynight 2

A todos los que quieren iniciarce a la slackline, ahora la Posada tiene una cinta ! Animo, a entrenar!!

193 Sponso190 tcheck

192 la mousse

Il est important pour nous de rédiger un article un peu spécial. Nous souhaitons remercier la Camping et Lodging la Posada pour son accueil chaleureux pendant 3 semaines. Merci à tous pour votre gentillesse, votre sourire et votre générosité. Tout cela nous a permis de passer un moment incroyable à Potrero Chico et de profiter à fond du sport que nous aimons tant dans des conditions extraordinaires!  A tous ceux qui veulent s’initier à la slackline, La Posada a maintenant une sangle !